La dame aux chamélias



agrandir l'image
  • thèmes
  • mai 2012 / cm / 96 pages
    ISBN 978-2-36474-087-7
    prix indicatif : 5.95 €
Gaia GUASTI
La dame aux chamélias
Thierry Magnier Romans Jeunesse

 

 « Non ». S’il y a bien un mot qu’Armand n’arrive pas à dire, c’est celui-là. Avec son caractère de marshmallow et son prénom mi-vieux mi-prince, il ne rigole pas tous les jours.Flavie elle, tchatche, clame, répond, proteste, affirme, bavarde. Quand Bouillote, le chat, se sauve, les enfants se lancent à sa poursuite. Leurs recherches les mènent dans une vieille bicoque, cachée à la vue de tous par de grands immeubles : le royaume de la Dame aux Chamélias. 

 







"– Viens, mon beau chat, sur mon coeur amoureux... 

La voix a résonné tout près de ses oreilles. Bouillotte ouvre les yeux, attentif. Il relève la tête et balaie le salon du regard. À côté de lui, il n’y a personne. Pourtant la voix continue, douce comme une incantation, murmure de fée et de sorcière à la fois : 

– Retiens les griffes de ta patte... 

Bouillotte se lève avec précaution et se dirige d’un pas élastique vers la cuisine. La nature a été généreuse avec lui, lui offrant une santé de fer et un magnifique pelage satiné. 

On ne peut pas en dire autant de son destin, qui l’a fait atterrir chez les Marilac. La famille qui l’a adopté, lorsqu’il avait à peine deux mois, est un festival permanent de cris et d’agitation inutile. Ils ont même réussi à l’appeler avec un nom de fille, alors que de toute évidence, c’est un beau matou, un mâle, un vrai de vrai. 

Mais dans la lumière grisâtre de l’aube, même l’appartement des Marilac est silencieux. Les parents Marilac ronflent, épuisés. Les enfants Marilac naviguent dans un sommeil peuplé de rêves. 

– Et laisse-moi plonger dans tes beaux yeux..., poursuit la voix mystérieuse. 

Bouillotte pénètre dans la cuisine. Léger, il saute sur le rebord de la fenêtre, entoure ses pattes de sa queue soyeuse, et regarde en contre-bas, dehors, sur la place. 

Une forme humaine est là, au milieu du square. Dans la pénombre, des centaines de petits yeux tournoient autour d’elle, renvoyant des reflets rouges rapides comme l’éclair. Les pelages se frottent, les nez se reniflent. Les museaux se tendent vers les gamelles généreusement remplie d’une étrange pâté. Ce sont des chats. Des dizaines de chats. Tous les chats du quartier. Et peut-être même de la ville. "

 

Gaia Guasti est née à Florence - en Italie - en 1974, elle débarque à Paris à 18 ans, avec deux valises, un chat et trois mots de français en poche. En 1996, elle passe le concours national de la Femis (Ecole supérieur des métiers de l’image et du son), département scénario. Depuis, elle n’a pas quitté la région parisienne, où elle travaille comme scénariste pour le cinéma. En parallèle, elle n’a jamais cessé d’écrire des récits de toute sorte, courts, longs, pour grands ou petits, en italien et en français. Elle a deux filles, mais plus de chat.



titretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitre