Liberté(s)



agrandir l'image
Marie-Sabine ROGER
Liberté(s)
Thierry Magnier Romans Jeunesse

Ce volume rassemble trois romans :
Le quatrième soupirail
C’est parce que son père est emprisonné pour avoir publié de la poésie subversive
que Pablo s’introduit dans la prison pour lui murmurer, jour après jour, les vers de
la survie.
Et tu te soumettras à la loi de ton père
Dans une famille en apparence normale, un père terrorise femme et enfants, et les
oblige à vivre dans la crainte du Seigneur. Pour ce père, Dieu n’est pas amour, mais
devoir. Alors que sa mère sombre dans la dépression muette, la narratrice choisit
la vie.
Une poignée d’argile
De son enfance, elle ne se souvient de rien, ou presque. Son père n’est même pas
mort, bien pire, il a disparu, les a abandonnées, sa mère et elle. Le dessin, la sculpture
vont la sauver.





La place est presque vide.
En arrivant ici, tout à l’heure, j’ai failli rebrousser chemin. La peur, tout simplement. La peur, qui se ramasse et bondit comme un chien de garde. Qui me serre à la gorge. Et me fait reculer sous l’assaut, me rabattre jusqu’à ce petit café, cette table vide, en terrasse. Jusqu’au fauteuil où je m’échoue.
Assis, un peu calmé, j’observe. Je ne retrouve pas exactement les lieux. D’autres souvenirs s’interposent, essaient obstinément de refaire surface. Les maisons aux couleurs vives, l’esplanade déserte aux pavés inégaux, la fontaine devant la mairie. San Marcos. Je m’applique aussitôt à regarder ailleurs. Mais c’est là, toujours, que je reviens. On a restauré la façade ocre et blanche. Elle est plus lumineuse. Belle. D’une beauté chargée, comme une femme mûre un peu trop maquillée. Une femme au passé trop lourd.
Quelques adolescents traînent devant le grand portail, en lents troupeaux maussades. San Marcos est redevenu un collège, à présent.
Je n’étais plus venu qu’en rêve, si souvent, depuis vingt-quatre ans. Me retrouver ici, dans la réalité du soleil matinal, de l’air encore vif, c’est trop brutal. J’ai besoin de faire une pause, de rassembler mes forces, avant de remettre mes pas dans des pas plus anciens.

Je regarde trembler mes mains. Je me croyais endurci. Protégé de toute faiblesse par la cuirasse des années. Mon coeur me scande une autre vérité, à coups lourds et désordonnés. C’est stupide, vraiment stupide.

Née en 1957 près de Bordeaux, Marie-Sabine Roger a été institutrice en maternelle. Depuis plusieurs années elle se consacre entièrement à l'écriture. Son travail est très reconnu en édition jeunesse, où elle a publié une centaine de textes, souvent primés. Elle connaît depuis quelques années un grand succès en littérature adulte : elle a publié un roman chez Grasset, des nouvelles chez Thierry Magnier et des romans remarqués dans La Brune aux éditions du Rouergue dont plusieurs ont été adaptés pour le cinéma : La Tête en friche, Bon rétablissement...

 



titretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitre