La chasse aux papas

La chasse aux papas

agrandir l'image
  • thèmes
  • septembre 2014 / cm / 48 pages
    ISBN 978-2-36474-502-5
    prix indicatif : 5.10 €
MATHIS
La chasse aux papas
Thierry Magnier Romans Jeunesse

Lui Paul, en colère contre la terre entière et surtout contre son père qui ne le regarde
pas, elle Pauline, son chien s’appelle Papa, il est trop sympa. Eux deux : ils vont
chercher un papa, ça ne court pas les rues, pourtant ils vont faire des rencontres
agréables et de retour chacun dans sa maison une surprise les attend.
Une fois encore Mathis, mine de rien, évoque les questions essentielles dans la
vie des enfants et y répond, à sa manière.







Le garçon.
Assis sur le perron de son immeuble, son chapeau de cow-boy vissé sur la tête et son pistolet à la main, il rumine de noires pensées. Il trouve que la vie est écoeurante, à vomir. Et que chaque chose, chaque être, est détestable. Le garçon a les yeux rougis d’avoir pleuré. Des larmes ont séché sur ses joues, laissant de légères traces de sel.
Soudain, il se met à tirer avec son pistolet en plastique. Là-bas, un chien qui passe : Bang ! Une voiture : Bang ! Un poteau électrique : Bang ! Le pot de fleur sur le rebord d’une fenêtre au cinquième étage de l’immeuble d’en face : Bang !
Le garçon s’imagine en tireur d’élite. Il ne manque jamais sa cible, et ses balles virtuelles dégonflent tout ce qu’elles touchent. Le chien : Pfuit ! La voiture : Pfuit ! Le poteau électrique : Pfuit ! Le pot de fleur : Pfuit !
Faire disparaître le monde qui l’entoure à coups de pistolet amuse le garçon.
Alors il tire de plus belle. La dame qui sort à l’instant de son immeuble : Bang ! Pfuit ! Les poubelles : Bang ! Bang ! Pfuit ! Pfuit ! Le pigeon qui fend l’air comme une flèche : Bang ! Pfuit ! La fille qui vient de débouler en criant : Papa ! Papa !
Non, pas la fille.

Né d'un père alsacien et d'une mère basque, Jean-Marc Mathis ne parle ni le basque ni l'alsacien. Fils de maçon, il a traîné sur des chantiers avec son père et fait une formation de dessinateur en bâtiment. À priori, il était fait pour travailler dans le bâtiment, mais le goût du dessin et l'envie de raconter des histoires furent les plus forts. Son enfance est sa principale source d'inspiration. Jean-Marc Mathis a étudié à l'École de l'image d'Épinal et fait les Beaux Arts de Nancy. Il est titulaire du DNSEP. Il a exposé à Épinal, Nancy, Frouard, Lunéville, Paris, Genève et Liège. Il travaille comme illustrateur et auteur de bandes-dessinées pour diverses revues et journaux, et se consacre davantage aux livres jeunesse depuis l'année 2002.



titretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitre