Amour, impératif et pistolet



Hubert BEN KEMOUN
Amour, impératif et pistolet
Thierry Magnier Romans Jeunesse
Belle leçon de grammaire sur l’impératif en classe, les exemples fusent, chacun en a, surtout Barnabé. Il a écrit une lettre d’amour à Pauline qui est tombée entre les mains du gros Dédé. « Lâche cette enveloppe ! », « Ne l’ouvre pas ! », « Arrête ! » : que de l’impératif. Et voilà que déboule Bob dans la classe, l’ex-amoureux de la maîtresse, une arme à la main : « Aime-moi ! », « Pars avec moi ! », « Oublie ces morveux mal élevés ! », que d’injonctions !
Que d’ordres. Mais la classe ne se laisse pas faire... ou comment apprendre l’impératif à tous les temps en une seule leçon !


J'avoue qu'au début,
l'impératif, je n'y ai pas compris
grand chose.
C'est vrai que la grammaire,
ce n'est pas mon fort, mais
c'est vrai aussi que ce jeudi-là,
me tourneboulaient dans la tête
des choses bien plus importantes
que les leçons de conjugaison
de la maîtresse.
Pauline était assise trois rangs
devant moi, à côté de gros Dédé
qui, en plus de ressembler
à un culbuto, est aussi
le neveu de la maîtresse.

Hubert Ben Kemoun habite Nantes. Arpenteur de bitume, il répète qu'il n'aime que les villes, et encore, faut-il qu'un fleuve ou une rivière les traverse.
Auteur pour Radio France, il a rédigé des dramatiques et des pièces radiophoniques pendant un peu plus de douze ans. Mais il était trop triste de n'user que des ondes pour commettre ses crimes, aussi, on notera à son palmarès des pièces de théâtre et des comédies musicales.
Le noir est un des continents sur lequel il accoste le plus volontiers (William Irish demeurant son premier port d'adoption).
Hubert Ben Kemoun a aussi un certificat de séjour illimité dans les contrées sauvages de l'Oulipo et dans ses pérégrinations, il emmène de plus en plus volontiers les mômes, qui en savent autant que les grands sur le bonheur d'avoir peur.

 

 



titretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitretitre